Bio


PhotoWill PhotoLéo PhotoNedo

Will Zégal

S’il le pouvait, Will jouerait du oud, de la balalaïka, du sitar, de la bombarde, du saxo et du synthé… simultanément. Les mélanges sont en effet depuis toujours la base de la musique de celui dont le coeur n’ai jamais pu choisir entre chanson et rock, jazz et punk, musiques du monde et techno, musique baroque et noise industrielle. Il faut dire qu’il est lui-même le fruit de mélanges improbables, enfant d’une grande bourgeoise et d’un ouvrier, élevé dans la cambrousse bretonne et nourri aux boeufs free-jazz des musiciens qui venaient squatter la maison familiale l’été, courant au cul des vaches dans les fermes environnantes et faisant le geek sur l’Amstrad familial dont il tirait des mélodies à coups de lignes de codes en BASIC.

A l’adolescence la découverte des synthétiseurs sera une vraie révélation et il a déjà l’intuition qu’on peut les mélanger avec les instruments traditionnels.

C’est cependant à la guitare, à la basse et au chant que Will fera ses premiers groupes, ses premiers concerts et, au tournant du millénaire, le début de sa carrière de musicien professionnel après sa carrière dans l’informatique.

Quelques années plus tard, il commence à collaborer avec Audiofanzine, plus grand média francophone consacré aux musiciens, DJs et ingés son. Il fréquente alors studios mythiques, ingénieurs du son renommés, fabricants d’instruments et développeurs de logiciels audio et apprend énormément.

Parallèlement, il commence à produire d’autres artistes dans son studio.

Studio dont il adore l’univers, où il aime chercher, bidouiller, expérimenter, construire le son. Will est tout aussi dingue de scène et de live, de l’énergie de l’instant, de la communion entre musiciens et avec le public.

▲ haut ▲


Léo Neveu

Sonneur de boest an diaoul (accordéon diatonique), passionné de funk et de casquette à l’envers, Léo fait très tôt un constat : un orgue Hammond et un fender Rhodes sont difficiles à poser sur les genoux pour jouer sur un tonneau et faire danser l’andro.

Non peiné par cette nouvelle, il s’applique à continuer à jouer en contexte traditionnel dans différentes formules et obtient ses diplômes de conservatoire à l’accordéon diatonique (DEM), tout en participant à des formations plus originales de musique à danser, telles que Finger In the Noz ou Oxmoz, en tant que claviériste.

Puis, il découvrit une merveille d’ingéniosité : l’accordéon acoustique midifié, qui lui permet aujourd’hui de jouer avec le même instrument les gavottes pourlet de Pierre Bédard, les leads aigu de Notorious B.I.G et le son d’Hammond de Cory Henry.

Titulaire d’un master d’Economie Culturelle, Léo est également Chargé de Production pour le Collectif Klam, accompagnant notamment Spontus, le duo Menguy-Bérenguer, ou la fanfare réinvente le rock’n’roll avec une veuze : Menace d’Eclaircie.

Son prochain objectif ? Réaliser l’un de ses plus grand rêve avec BHT : sonner sur scène un Laridé de Baud au groove digne d’un classique des New Power Generation, tout en portant les lunettes étoile de Bootsy Collins.

▲ haut ▲


Youenn Nedelec

Youenn Nedelec a débuté la Bombarde en 2001 dans le secteur de Loudéac, puis a commencé ses études en Technique de la Musique et de la Danse (bac TMD) au conservatoire de Rennes entre 2004 et 2007.

Pendant ses études, une seule chose le passionne plus que tout le reste : Le Biniou.

Après son passage au sein du Bagad de Lann-Bihoué de 2008 à 2012, il cherche à vivre de sa musique et se lance donc avec ses propres groupes de Fest Noz. D’abord en Bombarde dans le groupe Gourlañ Quintet, il remporte le trophée du Kan Ar Bobl en 2013 qui récompense les meilleurs groupes à danser, puis se recentre sur la musique de couple Biniou-Bombarde avec son nouveau compère, Yann-Ewen L’Haridon, avec qui il sonne depuis 2014. Ils écument tous les deux les concours et festoù noz, ils partent en Chine avec le groupe BHT en 2016 et ont la chance de remporter, par trois fois consécutives le Championnat des Sonneurs à Gourin dans leur terroir de prédilection : La Gavottes des Montagnes.

Toujours féru de biniou, Youenn décide d’aller plus loin au sein du groupe BHT : changer le rôle de son instrument.

Le biniou est connu pour accompagner la Bombarde dans toutes les formules possibles, et s’en détache très peu souvent.

C’est en y ajoutant des effets, notamment sur le bourdon, qu’il comprend une évidence : Le Biniou peut très bien sonner en solo.

▲ haut ▲

 

Découvrez un peu de l’univers de BHT dans l’émission « Décibel » de TV Quiberon La Baie ∞